Association des Amis de la Chapelle de Saint-Maclou

"restaurer et faire revivre cette ancienne église paroissiale (fin XIè/début XIIè) "

La Chapelle

Elle est située à 500m de la fromagerie sur une hauteur qui sépare le bassin de la Dives au sud de celui de la Viette au nord. Un très vieil if veille près de la chapelle depuis 900 ans. Le cimetière compte plus de 70 tombes et un monument aux morts de la grande guerre offert par M. et Mme Henri Lepetit.


En arrivant à la chapelle, admirons à gauche le très beau mur nord du choeur. Sous sa corniche, détaillons les 6 superbes modillons tous différents : visages grimaçant ou rieur, jumeaux, motifs géométriques (dont un entrelacs d’arcs de cercles cloutés – motif tiré de l’orfèvrerie scandinave – comme à l’Abbatiale de St-Pierre s-Dives).


Le portail nord du chœur (côté Evangile) réservé au Seigneur, a conservé sa rustique splendeur : 3 archivoltes, en tore, en moulure en creux et en pointes de diamant retombent sur 2 larges tailloirs rectangulaires et 2 chapiteaux sculptés posés sur 2 colonnes.


Ce chœur est adossé à l’est et au chevet à des contreforts larges et plats caractéristiques d’un édifice roman du plus pur style officiel normand de la fin du XIe siècle.


Contournons la sacristie, en forme de trapèze et ouverte d’une fenêtre, ajoutée au XVIIIe, et regardons le côté sud (celui de l’Epître) au beau panorama vers St-Pierre-s-Dives. Le mur a perdu sa corniche et ses modillons, la porte romane du chœur, destinée au prêtre, est plus large mais a été murée.


Entrons dans la chapelle côté ouest sous la niche qui abritait Saint Marcouf (sa statue en pierre a été provisoirement mise à l’abri avant d’être scellée). Le portail daterait du XVIIIe (la poutre de gauche supportant la tribune est datée de 1738, celle de gauche a été changée en 1956 – merci à ceux qui l’ont fait). Le petit clocher octogonal en ardoise a été refait vers 1995 après un violent orage.


La nef, décorée de croix grecques de couleur bleue, est longue de 8 mètres, ses fenêtres ont été agrandies au cours des siècles. Elle comporte 2 autels d’angle dédiés à la Vierge. L’autel nord d’époque Louis XV, très remanié, est orné d’une Assomption. L’autel sud est plus ancien ; le tableau représentant l’Annonciation et le cœur de Marie peint sur l’autel semblent être de la même main. Les vitraux de Jacques Grüber, offerts par Mme Gabriel Duriez en 1994, représentent Saint Vaast, évangélisateur du Nord Pas-de-Calais, Saint Arnould, patron des brasseurs, ainsi que des plants de houblon.


Le chœur long de 6,60m est plus bas et plus étroit (3,80m) que la nef (5,40m) et orné de fleurs de lys carmin. Son retable en bois rustique encadre une flagellation du Christ. De chaque côté se trouvent 2 grandes statues en bois polychrome représentant à gauche Saint Marcouf en père-abbé, et à droite Saint Maclou en évêque. Dans le mur, côté droit, une petite cuvette creusée à même la pierre aurait servi de fonds baptismaux. Les 3 vitraux de Paul Bony, offerts vers 1963 par Mme Henri Lepetit avec les gains de son cheval Beaujeu, représentent une scène de la vie de St-Marcouf, l’apparition du Sacré-Cœur et la Nativité.